Avertir le modérateur

28/06/2007

LES AVENTURES DE "PETIT BUSH" : UN TABAC AUX ETATS-UNIS !

medium_lil_bush.jpg

Ah, franchement, par moments, on rêve d'avoir autant de liberté... sur nos chaînes hexagonales... 

Le nouveau phénomène aux Etats-Unis porte le nom du président en exercice : "Les  aventures de Lil'Bush", soit en langue de Molière, les aventures de "Petit Bush"... Un phénomène qui provoque, bien entendu, de belles empoignades entre partisans et adversaires du président et une polémique qui enfle, de jour en jour...  Une série qui a connu son premier grand succès sur les téléphones portables, à coup d'épisodes de cinq minutes... Cette série, fut mis en ligne sur le site break.com et reçu plus d'un million de visiteurs... Au vu de ce succès énorme, la chaine cablée Comedy Central s'est emparée du phénomène et le diffuse depuis le 13 juin dernier...

Lil'Bush met en scène Petit Bush accompagné d'une pleïade d'amis : Petit Cheney, Petite Condy, Petite Clinton et Petit Rummy. ce dernier personnage a été conservé malgré le limogeage de l'ex-Secrétaire de la défense, Donald Rumsfeld. Le meilleur ami de Petit Bush est un personnage haut en couleur. Dans un des épisodes, le meilleur ami de Petit Bush séduit sa mère, tout en étant incapable de prononcer un seul mot et en se nourissant du sang d'oiseaux vivants après l'avoir arraché la tête...

Dans le premier épisode, la fête des pères approche et Petit Bush décide d’aller en Irak pour ramener “quelque chose de bien de cette guerre” à son père. Petit Bush décide de s’enrôler dans l’armée mais doit d’abord réussir un test psychotechnique qui consiste à écrire sans fautes son propre nom et la date du jour. “Ton nom c’est bien”, lui dit l’examinateur. “Mais pour la date d’aujourd’hui tu as écrit le mot tomate”… “C’est pas grave, bienvenue dans l’armée !”. Petit Bush part  donc à la guerre avec ses amis Petite Condy, Petit Cheney et Petit Rummy pour découvrir qu’en réalité l’Irak cache le meilleur parc à thème du monde... Un parc où l’argent et le pétrole jaillissent de partout: Halliburton-Land...

En conclusion, un rêve pour les spectateurs français : non seulement voir rapidement cette série sur une de nos chaines, mais qu'une caricature de notre "Petit Nicolas" soit vite mise en route, avec autant de "politiquement incorrect" que la série américaine ... Mais là, oui, je sais, c'est juste un rêve, car le paysage audiovisuel du moment est plutôt très très poliquement correct et quasiment aux "ordres" d'un communicant qui vient d'arriver à la tête de notre belle République Française ...

25/06/2007

REFORME DE LA CARTE JUDICIAIRE : LES AVOCATS D'AGEN SE RÉVOLTENT

medium_DSCN7382.JPG
Les 76 avocats au barreau de la cour d'appel d'Agen se sont mis en grève "totale et illimitée". Ils protestent dans une grande unanimité contre le projet du gouvernement de réformer la carte judiciaire en France. Cette décision de grève "totale et illimitée" a été prise à l'issue d'une assemblée générale extraordinaire, vendredi dernier, en fin de matinée. Au même moment, Rachida Dati, Garde des Sceaux, précisait que les travaux préparatoires de la réforme de la carte judiciaire débuteraient cette semaine afin que les décisions soient prises avant la fin d'année... Cette réforme de la carte judiciaire prévoit une unique cour d'appel par région et un seul tribunal de grande instance par département... Les avocats de nombreux barreaux de l'Hexagone craignent que cette réforme n'aboutisse, dans certains départements à un véritable  "désert judiciaire".

 

DES EMEUTES EN BANLIEUE LE SOIR DES ELECTIONS ? CHUT ! ON SE TAIT... SARKO VEILLE ...

 
 Pendant que la classe politique recevait les résultats du 2° tour des élections législatives, pendant que les journalistes commentaient avec avidité la séparation Hollande-Royal, pendant que la vague bleue se fracassait sur le vote rosé, à quelques encablures des différents chaines de télévisiuon, de l'autre côté du périphérique, une émeute se déroulait ... autour de la gare RER de Cergy-Saint-Christophe à la sortie d'un concert de rap...
  Huit jeunes ont été interpellés au cours de ces violences qui se sont déroulées dimanche entre 22 heures et minuit en marge d’un concert du Festival de cultures urbaines «100 contests» qui se déroulait du vendredi au dimanche, ont précisé des sources judiciaire et policière, confirmant une information parue dans Le Monde daté de samedi.
  Six ont été laissés libres à l’issue de leur garde à vue faute de preuves et deux jeunes majeurs ont été jugés en comparution immédiate mardi et mercredi. L’un a été condamné à dix mois de prison ferme pour avoir cassé un distributeur de boissons dans la gare. L’autre a été condamné à trois ans de prison dont deux ferme pour avoir incendié une voiture de police municipale qui se trouvait aux abords de la gare RER.   Aucun jeune et aucun policier n’a été blessé durant le concert et au cours des violences qui s’en sont suivies, selon le directeur de cabinet du préfet du Val-d’Oise, Gérard Gavory. Quelque 120 policiers dont la moitié de CRS sont intervenus au plus fort des violences, a précisé la préfecture.
  Ce qui est quand même étonnant, c'est que les chaines de télévision ont réussi un black-out total sur ces émeutes ... Et dans le contexte actuel, d'auto-censure constant des médias, on peut s'étonner d'un silence pareil et surtout d'une non-information de la part de médias qui sont censés ... informer...       
Mais, en y réfléchissant bien, c'est peut-être ce que l'on peut nommer l'effet Sarkozy ... On ne délivre que les bonnes infos, celles qui mettent en valeur le nouvel élu ... Le reste passe allègrement à la trappe ...  

24/06/2007

VIDEO DE SARKOZY ÉMÉCHÉ : LE TEMOIGNAGE D'UN JOURNALISTE SUISSE

Voici in extenso, le témoignage du journaliste suisse Richard Werly, du quotidien Le temps,  qui assistait à la fameuse conférence du sommet du G8, où Nicolas Sarkozy ne semblait pas ... au mieux de sa forme ... Depuis plus d'une semaine, nous parlons ici de cette vidéo et aussi de l cette auto-censure de la quasi totalité des médias français ... Le témoignage du journaliste suisse a eu un retentissement européen.  Une polémique voit le jour, alimenté par les journalistes français qui, en quelque sorte, sont pris la main dans le sac...






Quasi-exploit
Je vous parle en connaissance de cause. J'étais au troisième rang, juste devant la caméra dont les images du président français circulent aujourd'hui abondamment sur Internet. Ceux qui avaient pu, comme moi, atteindre le centre de briefing d'Heiligendamm étaient pour la plupart dans la salle. Presque un exploit: les protestataires anti-G8 ayant bloqué le train à vapeur reliant le centre de presse à la salle de briefing, distants d'une dizaine de kilomètres, les rescapés avaient été convoyés dans l'après-midi en bateau... ou en hélicoptère. Beaucoup de journalistes français, coincés et furieux, durent d'ailleurs se contenter de regarder ce jour-là leur président sur écran.

Grand vide
Résumons: l'intervention de Nicolas Sarkozy était la seule à cette heure. Pas de tension particulière ni d'agitation sécuritaire donc, dans ce centre de briefing monté de toute pièce à l'extérieur du Grand Hotel Kempinski, pour que les grands de ce monde ne soient pas importunés par les reporters. Le reste s'est passé comme ça: Sarko est arrivé en retard, pressé. Eméché? Cela ne m'est pas venu à l'esprit. Il ne titubait pas. Il semblait plutôt étonné d'être propulsé là, au milieu des journalistes, tous leur carnet de notes en main. Je l'ai senti plutôt angoissé par un grand vide. Pris de vertige. Un peu comme un trapéziste qui voit soudain le sol défiler sous lui. Il n'était pas serein (mais lui arrive-t-il de l'être?). Plus grave: il ne semblait pas non plus très bien préparé par ses conseillers à son premier punching-ball diplomatico-médiatique.

Euphorie planante
Le malaise venait du ton. Je l'ai dit dès la fin de la conférence à mon collègue Yves Petignat, aussi sur place pour couvrir le G8. L'hôte de l'Elysée était euphorique. Il planait. Au point de nous prévenir qu'il avait «gardé son calme» devant Poutine. Au point de demander, devant ses conseillers un tantinet éberlués, si «la diplomatie française peut lui accorder un peu de marge de manoeuvre»... Ce Nicolas Sarkozy paraissait éberlué, bluffé, étonné lui-même d'être enfin là, dans ce «saint des saints» de la puissance mondiale. «Dans ce G8, on n'a pas une seconde, on court de réunion en réunion», a-t-il poursuivi. Regards déconcertés des confrères. Ce président-là ressemblait à un grand ado un peu perdu, sortant de sa pochette surprise ses propositions pour sauver le monde: moratoire de six mois sur le Kosovo, annonce d'une prochaine visite au Royaume-Uni pour convaincre Gordon Brown de soutenir son «traité simplifié»...

A côté de la plaque
Je l'ai, pour tout dire, vraiment trouvé à côté de la plaque. Pas alcoolisé. Plutôt survitaminé. Comme dopé. Quelque chose sonnait faux dans ses mots. Il n'était pas ce soir là le chef de l'Etat français. Il était «Sarko»: cet énergique politicien qui vous veut du bien, vous sourit mécaniquement, est bourré de tics et ramène tout à lui: la victoire arrachée à Bush sur le climat, l'arrêt des souffrances au Darfour... Je l'ai suivi en campagne électorale, avec le correspondant du Temps à Paris, Sylvain Besson. Il est comme ça. Il lui faut du pathos, de l'adhésion, une bonne dose de «Je», de «moi».

Ivre d'être là...
Amphétamines, alcool, déprime? Laissons de côté les rumeurs qui vagabondent sur Internet. Ce qui m'a sidéré, en cette fin d'après-midi au G8, c'est que Nicolas Sarkozy ne parlait pas de l'état du monde. Il nous parlait de lui, de sa «franchise», de son «agenda», de son «calme». D'abord ivre d'être là. Saoulé par ses propres paroles.

 

Dans le courant de la journée nous apporterons d'autres pièces  à ce dossier qui, au bourt d'une semaine prend un peu plus d'ampleur...

22/06/2007

UN DEPUTÉ DE LA MAJORITÉ VICTIME DES CISEAUX DU WEBMASTER DE MATIGNON !

Mardi dernier, le premier Ministre, François Fillon était en visite dans le Nord. Au programme, l'inauguration d'une usine de textile à Tourcoing. Comme dans toute cérémonie d'inauguration, on se pressait autour du premier ministre pour LA PHOTO, celle qui fait toujours plaisir aux élus du coin... Donc, mardi, aux côtés du premier Ministre, on pouvait voir le député de la circonscription, Christian Vanneste. un homme politique qui n'est pas un inconnu et qui a défrayé la chronique médiatique et judiciaire pour ses propos homophobes. Il a même été condamné par la justice pour de tels propos... Aux dernières élections législatives, l'UMP ne lui a pas accordé son investiture. Christian Vanneste s'est donc présenté sous l'étiquette Centre National des Indépendants (CNI) / Majorité Présidentielle. Avec l'accord tacite de l'UMP puisque le parti de Nicolas Sarkozy n'a pas présenté de candidats face à cet homme politique, bête noire des gays...

Donc, à l'occasion de cette inauguration une photo est publiée sur le site officiel de Matignon : 

 La voici ... Sur la droite, on aperçoit distinctement le député Christian Vanneste.

 Mais voilà, que le porte parle de "l'Interassociative lesbienne, gaie, bi et trans", Alain Piriou découvre le pot aux roses... Il ne cache pas sa colère en rédigeant un article sur son blog  et adresse  un mail de protestation à un conseiller de François Fillon...

A quelques jours de la Gay Pride c'est le genre d'incident à éviter à tout prix... Et quelques heures plus tard, la photo retrouve une forme plus "politiquement correct", puisque le député Christian Vanneste ... n'est plus là ... Mais c'est pourtant la même photo. Le webmaster de Matignon est un as du ciseau ...  Une technique du recadrage qui rappelle une autre époque, celle des dictatures, où le coup de ciseau était une pratique quasi quotidienne ...


TORTURES DANS UN COMMISSARIAT GREC : LA VIDEO QUI ACCUSE

  Nous sommes en 2007 ! Nous sommes en Europe ! Nous sommes les détenteurs de la démocratie ! Nous sommes les héritiers de la démocratie grecque ! Et là, nous découvrons avec stupéfaction que la démocratie, par moments, a des ratés qui montrent l'insupportable bestialité de l'être humain. 

Cette vidéo a été tourné il y a plus d'un an... Mais elle a été postée que dernièrement sur le site de YouTube ... Elle montre deux policiers grecs, dont l'un est muni d'un bâton, qui maltraitent deux jeunes immigrés clandestins accusés de vol. Les deux policiers forcent les jeunes gens à se gifler mutuellement et peu à peu les poussent à frapper de plus en plus fort...

Cette scène est insupportable d'autant plus qu'on entend, en fond, d'autres policiers rire avec éclats. Une scène qui aurait été tourné par un policier, présent dans le commissariat, à l'aide d'un téléphone portable...

Depuis la diffusion de cette vidéo, la Grèce est en état de choc... Des mesures ont été prises de suite : un officier de police a été suspendu et une enquête a été diligenté par l'inspection de la police, l'équivalent de notre "police des polices". De son côté, le premier ministre grec, Costas Caramanlis a déclaré que cette scène était un affront à l'Etat.

Reste à savoir si cette scène de torture est un cas isolé ou si ce genre de pratique est monnaie courante dans les commissariats, comme l'a déclaré les "Groupes de défense des droits de l'homme en Grèce" qui ajoutent que les accusations de torture, les mauvais traitements et les abus sur les détenus sont légion...

Pour une fois, les accusations des défenseurs des droits de l'homme peuvent s'appuyer sur une vidéo. Une vidéo tournée par les tortionnaires eux-mêmes ... 

De telles scènes sont inqualifiables et devraient connaitre un retentissement européen ainsi qu'une condamnation ferme et sans ambigüité de la part des états membres européens. Mais là, c'est peut-être une autres histoire... Car, en régle générale, nous sommes plus rapides à condamner les excès des états non membres de l'Union Européenne...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu