Avertir le modérateur

31/07/2007

CONSEIL A MON FILS (1)

medium_DSC00808.JPG

Je n'y couperai pas. Un jour, tu vas lire mes livres. Ne m'en parle pas. Lis-les dans ton coin. Longtemps, j'ai fait sembant de croire qu'ils étaient ce que j'avais de meilleur. Il ne faut pas rigoler. Referme-les. Oublie-les. C'est ridicule, les livres d'un père. Que veux-tu que je t'en dise ? Allons, ne les lis pas.

...

Si, lis-les !!! 

04/06/2007

AVEC VUE SUR LAC ...

medium_dsc00470.jpg


La journée commencera, ça finit toujours comme ça. Elle sera là, près de toi, elle te réveillera. Doucement. Ou bien, tu finiras tes rêves seul, et tu te réveilleras à cause du vent, de la lumière ou de son absence. Elle sera sur la terrasse à regarder le lac. Elle aura une de tes chemises, la gris de lin ou la bleu clair, cela dépendra de la couleur du ciel. Tu la verras de profil, elle sera tournée vers l'île. Tu garderas du temps pour toi, pour elle ou pour reconnaître les bruits du lac. Tu chercheras ta montre sur la table de nuit, il sera midi, un peu plus, un peu moins, tu seras étonné, mais vous aurez dormi si peu. Tu auras envie de la rejoindre, elle aura tellement l'air de ne plus penser à toi. Tu voudras la surprendre, tu feras attention, tes mains se poseront sur ses épaules, tu feras glisser sa chemise. La chemise bleu clair, il fera beau. Elle dira, elle dira un peu non : elle n'aimera pas l'idée que des gens puissent la voir du Midi-Minuit. Tu le sauras, tu en riras, elle en rira, mais elle voudra rentrer quand même. Tu feras semblant, semblant de lui obéir, et vous continuerez un peu la nuit au bas du lit. Ce sera à qui sera le plus défiant, le plus déroutant et tu gagneras. Vous fumerez des brunes, il n'y aura plus que ça. Vous aurez besoin de prétextes, vous aurez faim, envie de café, de croissants et de blondes. Vous vous habillerez simplement. Tu voudras qu'elle soit nue sous ses vêtements, tu ne fermeras pas la villa. Vous hésiterezentre la route et le chemin du lac. Tu choisiras. Tu choisiras le chemin du lac. Tu marcheras vite, tu l'attendras au détour. Tu l'embrasseras quand la vue sera belle et devant les cytises, tu auras le sens du paysage mais tu n'oublieras pas le but de la promenade. Tu voudras éviter le grand tour, vous aurez de l'eau jusqu'en haut des jambes dans les roseaux. Tu riras, elle rira, vos vêtements colleront à la peau et vous ferez la course jusqu'au Midi-Minuit pour vous sécher. Il n'y aura pas de place sur la terrasse, les gens en seront à la fin des discussions. Ou au début, comment savoir ? Tu choisiras une table à l'intérieur avec vue sur le lac, en demandant des croissants comme si vous étiez plusieurs et on te répondra qu'on ne sert pas de croissants à cette heure-là. Tu n'aimeras pas le regard du serveur, tu demanderas la carte des glaces. Tu riras, elle rira, tu prendras un café liégeois. Elle aussi. Ce sera délicieux, les grains de café, la chantilly. Vous aurez soif, vous boirez de grands verres d'eau. Tu achèteras des blondes, tu en fumeras une, vous n'arriverez plus à vous entende, les gens parleront trop fort. Il y aura les enfants de l'est qui font la manche, tu n'aimeras pas qu'ils tournent autour de la table, tu demanderas l'addition. Tu laisseras un pourboire et vous irez discuter sur un banc, au bord du lac. Tu raconteras ton histoire, tu parleras des cygnes, de ce qu'on dit sur eux. Tu riras, etc. Tu proposeras d'aller les voir de plus près, et puis l'île, tu loueras un pédalo pour une heure. Les cygnes seront loin, et puis l'île, vous resterez un quart heure. Vous serez fatigués, vous aurez dormi si peu. Vous reviendrez à la villa en faisant le grand tour. Le grand tour, pour changer. A la villa, tu voudras essayer la prochaine nuit avec de la musique. Ce sera Villa-Lobos, Bachianas Brasileiras n°5 ou Brahms, concerto pour violon et orchestre en ré majeur, cela dépendra de ta respiration. Elle sera nue sous ses vêtements, ce sera à qui sera et tu gagneras, avec vue sur le lac. Tu mettras ou remettras le troisième mouvement du concerto en disant Allegro giocoso ma non troppo vivace. Le titre ou la conclusion. Elle le prendra pour elle, elle aura peut-être raison. Tu parleras de Brahms au bord du lac de Wunther, de ses débuts au port de Hambourg, de Clara Schumann, de leur amour, tu auras des considérations vagues en fumant des blondes. Pour t'amuser, tu lui demanderas comment elle écrit Brahms et Schumann et tu lui diras qu'il vaut mieux profiter du soleil. Vous irez sur la terrasse, les transats seront parallèles et vous mettrez vos lunettes noires. Elle sera nue au soleil, elle ne pensera plus au Midi-minuit, tu lui passeras de la crème et en échange, tu voudras un cocktail, quelque chose de velouté avec du gin. Il n'y aura plus de citron, elle trouvera que c'est imbuvable, elle rira. Tu fermeras les yeux, tu feras semblant, semblant d'apprécier, tu auras envie d'un cigarillo, mais tu voudras en finir avec tes habitudes et renoncer au cigarillo te suffira. Tu prendras un livre comme à chaque fois que tu t'ennuies, tu oublieras tes résolutions, tu liras des passages lentement et tout haut. Tu répéteras des phrases au hasard et elle approuvera tes choix. Ça lui rappellera des choses, des choses qui n'ont rien à voir, ça t'en rappelera à toi aussi, vous pourrez aller loin dans la discussion. Vous finirez par ne plus rien vous rappeler, tu proposeras une partie d'échecs pour changer de terrain. Tu te croiras fort, tu sortiras ta dame trop tôt comme à chaque fois que tu t'ennuies, tu diras que les noirs ne te réussissent pas, tu croiras être beau joueur. Vous commencerez une autre partie mais vous ne la finirez pas parce qu'il n'y a plus de soleil ou que les blancsne te réussissent pas non plus. Et puis, vous vous serez promis d'aller voir le lac en haut de la colline avant le soir et de faire de la vitesse avant la nuit. Elle s'habillera mieux et mettra du temps. Elleentendra le moteur de la voiture, tu seras impatient, la première, la seconde. Tu iras tout droit, tu prendras la route qui monte entre les arbres pour retrouver le lac. Tu feras attention au moteur. La route de la colline sera déserte. Tu auras le soleil en point de mire, vous aurez passé une frontière. Elle aura les cheveux dans les yeux, elle n'aura pas peur avec toi. Vous aurez l'impression qu'il n'y a plus d'espace, plus que vous entre deux bandes noires, des souvenirs et des arbres. tu augmenteras le vitesse progressivement, tu surveilleras l'aiguille du compteur. Tu seras à cent quatre-vingt avant de t'arrêter pile, en haut, pour la vue sur le lac. Tu seras à cent quatre-vingts, tu appuieras sur le frein, tu appuieras plusieurs fois et tu te demanderas ce qui se passe, les freins ne répondront pas, le soleil grandira, grandira, vos regards se croiseront, je serai en point de mire dans vos souvenirs, c'était donc ça, son silence, tu as sorti la dame trot tôt, je ne suis pas belle joueuse, le soleil, le soleil et du Midi-Minuit, je verrai la voiture noire dans le ciel, la voiture noire dans le ciel, avec vue sur le lac.


www.deblgablog.com

Texte et photo sont protégés par un copyright de droit d'auteur. Copie interdite sauf accord express de l'auteur.

18:30 Publié dans Ecrits ... | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu