Avertir le modérateur

09/11/2007

Il y a 18 ans, la chute du Mur de Berlin

C'était il y a tout juste dix-huit ans. En ce 9 novembre 1989, le monde découvrait avec stupéfaction et bonheur, que le Mur de Berlin venait de tomber. Une nouvelle qui fit le tour de la planète à la vitesse d'un supersonique.
Le symbole d'un communisme archaïque chutait sous les coups de poing d'une jeunesse avide de liberté.
Des milliers de jeunes vivaient à Berlin un moment historique, dans la joie, le rire, les larmes.
A partir de ce jour là, le monde n'allait plus être le même. La fracture Est-Ouest allait laisser la place à une autre problématique qui se réveillerait quelques années plus tard : le mur "virtuel" celui-là, entre le Nord et le Sud. Et cette barrière n'est pas prête de connaître le sort du mur de Berlin !

01/10/2007

NOUS SOMMES TOUS DES SANS-PAPIERS

On sonne à la porte ... On entend "Police" ... on ouvre la fenêtre, on suit son papa qui fuit, on glisse, on tombe, on reste dans le comas ... On est un petit tchétchéne, ukrainien, ivoirien, marocain, malien ... être humain !
On sonne à la porte ... On ne comprend pas ... Des coups, des coups de plus en plus forts, on ouvre, "Police" ... on fait tomber sa chaise, on bouscule la table, on ouvre la fenêtre, on glisse, on tombe, on est dans le comas ... on meurt... On est chinoise, algérienne, malienne, rom... être humain.
La cloche sonne, dans la cour de l'école on se dirige en riant vers la cantine... C'est l'heure du repas, l'heure tant attendu quand on a faim ... Les chaises se bousculent, on va manger, on ... non pas toi, ni toi, ni toi ... vous êtes des enfants de sans papiers, vous êtes des hors-la-loi, vous n'êtes pas dignes de manger avec les autres petits qui eux ont des papiers... allez ouste, pas de repas, vous êtes des enfants ... mais des enfants a qui un maire refuse ce simple geste de solidarité humaine, parce que ... parce que nous vivons dans un pays où les "sans" ne doivent plus vivre...
Allez ouste les "sans" !!!
Vous les "sans" travail, logement, papiers, soins, voix ... vous n'avez plus le droit à notre considération, vous êtes des étrangers, vous n'êtes même plus des êtres humains, vous êtes moins que des bêtes, allez ouste ... dégagez!
Nous étions autrefois le pays de la Révolution Française, de la Déclaration des Droits de l'Homme, de la Liberté, de la Fraternité, de l'Égalité ...
Oui mais c'était autrefois ... Il y a bien longtemps...
Maintenant nous voilà devenu un pays moderne, un pays libéral...
Pourtant j'ai l'impression d'être revenu un peu en arrière, vous savez à cette époque, oh, pas si lointaine que ça, où des êtres humains, qui vivaient en France, qui étaient français ou pas, devaient porter un signe distinctif sur la poitrine parce qu'ils n'étaient pas très catholiques... parce qu'ils avaient "le tort" d'être juifs... et pour d'autres encore parce qu'ils avaient "le tort" d'être communistes, républicains espagnols, homosexuels, roms ... où que sais-je encore ... Eux aussi, souvent n'avaient pas de papiers, eux aussi tremblaient quand ils entendaient des coups à la porte, quand ils entendaient les pas dans la cage d'escalier, eux aussi de temps en temps bousculaient des chaises, faisaient tomber la table de la cuisine, ouvraient la fenêtre, glissaient sur la gouttière et mouraient sur le pavé ...
J'ai passé mon enfance à entendre dans ma famille des histoires d'êtres humains livrés à la gestapo, aux collaborateurs parce qu'ils avaient le tort d'être juifs, communistes ...
J'ai cru que ces temps étaient révolus ...
Hélas je crois que je me suis trompé ...
Dans ces moments-là, je pense à ce grand père maternel, répubicain espagnol, fusillé par les franquistes, à ce grand père paternel entré dans la résistance pour ne pas porter un signe distinctif, à ce père risquant sa vie pour aider l'autre, l'étranger ...
Parce que dans notre famille, l'étranger n'a jamais été un étranger, il a toujours été considéré comme un être humain ...
Alors, reprenant ce superbe slogan de Mai 68 qui proclamait "nous sommes tous des juifs allemands", je pense qu'il serait temps que nous descendions dans la rue pour affirmer que "nous sommes tous des étrangers, que nous sommes tous des sans papiers..."
anti_bug_fck

14/08/2007

MORT TRANQUILLE D'UN SALOPARD

 
 
 
 
Un salopard vient de s'éteindre tranquillement dans son lit. Un salopard qui avait bénéficié d'une remise de peine par la justice. Un salopard qui n'avait pas eu le moindre signe d'humanité quand il ordonna le massacre des 642 êtres humains à Oradour-sur-Glane.
 
Le criminel de guerre nazi Heinz Barth est mort à 86 ans en Allemagne. Surnommé "l'assassin d'Oradour-sur-Glane", son nom reste associé au massacre de 642 civils commis par les SS le 10 juin 1944, dans le petit village d'Oradour-sur-Glane, près de Limoges. Une petite ville française synonyme de la barbarie nazie. Il commandait ce jour funeste le régiment blindé "Der Führer" au sein de la sinistre division "Das Reich" ... Prétextant un contrôle d'identité, les SS rassemblèrent à Oradour la population puis séparèrent les hommes des femmes et des enfants. Les premiers furent abattus à la mitrailleuse dans des granges. Les femmes et les enfants furent eux enfermés dans l'église du village. Les SS introduisirent un gaz suffocant puis mirent le feu à l'édifice. Il n'y eut que quelques survivants...
 
medium_339881.jpg
 
Heinz Barth fut condamné en France en 1953, par contumace ... Il vivait alors sous une fausse identité en RDA jusqu'à ce qu'il soit arrêté et condamné en 1983 à la prison à vie pour crimes de guerr. Ce fut le seul à être condamné en RDA pour de tels crimes commis en France.
Outre le massacre d'Ouradour, Heinz Barth avait également participé à la tuerie de Lidice, en 1942 en Tchécoslovaquie, où une centaine d'hommes et adolescents furent exécutés.
Comme il avait perdu une jambe pendant la guerre, il avait obtenu en 1991, après la réunification allemande, le versement d'une pension de "victime de guerre" de 800 Deutschmarks (DM) par mois (environ 400 dollars de l'époque).
Une indemnisation dont ont bénéficié d'autres anciens nazis et qui, une fois connu, suscita une vive controverse. Le Bundestag vota finalement fin 2001 une loi privant les anciens criminels de guerre de toute pension d'invalidité.
Ce "salopard" recouvra la liberté, en juillet 1997, à 76 ans, en raison de son âge et de son état de santé. A l'époque cette libération fit scandale...
Le film "Le vieux fusil" avec Romy Schneider et Philippe Noiret retrace avec une grande émotion cette sombre période de notre histoire... 

 

 

 
 
 
 

  


13/08/2007

VIDEO D'UN 3 MÂTS DE LEGENDE ... ICI

 
 
 

C'était un matin, confortablement installé à la terrasse du "Transat" en front de mer, et là, au loin, devant moi, la silhouette majestueuse du Belem s'avançait vers l'ailleurs ... 
Si vous souhaitez en connaitre un peu plus sur ce trois mâts historique, je vous livre ci-après les informations glanées sur le site officiel du voilier ...

 
PRESENTATION DU BELEM
Le Trois-mâts Belem est le dernier des grands voiliers de commerce français du XIXème siècle, encore en navigation.
 
Construit par les chantiers Dubigeon à Chantenay sur Loire, il est mis à l'eau le 10 juin 1896. Le trois-mâts barque Belem était à l'origine un navire marchand : il réalisa à ce titre 33 campagnes au commerce de 1896 à 1913. Il était recouvert à l'époque d'un seul pont principal doté de claires-voies donnant accès à une cale de 1500 m3 dans laquelle pouvaient être entreposées jusqu'à 650 tonnes de denrées et marchandises diverses, essentiellement du cacao d'Amazonie puis du rhum et du sucre des Antilles. La cuisine était la seule structure apparente sur le pont.
Racheté en 1914 par le Duc de Westminster, il fut alors transformé en yacht de plaisance et doté de moteurs. Il prit à cette époque l'apparence qui est pour l'essentiel celle qu'il a conservée jusqu'à nos jours, notamment avec les balustrades très caractéristiques qui ornent la dunette à l'arrière du navire.
 
A l'origine (1896) la coque du navire était noire avec un liseré doré. Lorsque les armements Demange Frères le rachètent en 1906, ils créent une fausse batterie (coque grise, faux sabords noirs). L'apparence actuelle du navire date de Westminster.
 
Les mâts aujourd'hui en acier étaient à l'origine en bois ; seul le beaupré était en acier dès l'origine à la demande de Monsieur Crouan. Remplacé en 1914 il est à l'heure actuelle un peu plus court que lors de la construction du navire.
 
Enfin, les superstructures du pont principal ont été installées, s'agissant du grand roof, à l'époque Westminster (1914), et du petit roof, à l'époque Guiness (après 1921) : le petit roof et le grand roof ont été rattachés l'un à l'autre pendant la période italienne. La timonerie, édifiée sur la dunette, date de 1984.
 
Navire marchand, yacht de plaisance, puis navire école, le Belem a tout au long de son histoire et de ses changements de destination conservé une apparence proche de celle de ses origines : aujourd'hui, et conformément à l'option retenue par la Fondation lors de la restauration du navire au début des années 1980, il a conservé dans sa présentation les apports de toutes les époques de son exceptionnelle carrière.
 
Le Belem navire école
 
La Fondation Belem décida de faire du trois-mâts un navire école lors de son retour à la mer en 1985. Le navire est aujourd'hui armé par un équipage de 16 hommes, issus de la marine marchande, choisis en fonction de leur aptitude à assurer la conduite du navire dans les meilleures conditions de sécurité mais aussi de leur goût pour le contact et la pédagogie, car le Belem est aujourd'hui avant tout un lieu de transmission de savoirs. Il peut accueillir 48 stagiaires. Il peut aussi être privatisé par des entreprises ou des collectivités. Le Belem est habilité par les autorités maritimes à naviguer en Atlantique Est, Manche, Mer du Nord et Méditerranée. Il peut sur dérogation, ce qui fut le cas pour l'Odyssée Atlantique de 2002, effectuer des voyages plus lointains, transatlantiques par exemple.
Il participe enfin régulièrement aux rassemblements de grands voiliers : il y figure en tant qu'exceptionnel témoin de l'histoire maritime de la France, son pavillon d'origine, tout en restant le témoin de tous les pavillons qu'il a arborés au long de sa carrière et notamment du pavillon britannique qui fut le sien pendant 38 ans et du pavillon italien, pendant 27 ans.
 
Naviguer en conformité avec les exigences réglementaires d'aujourd'hui 
 
La Fondation Belem assure l'exploitation et l'entretien du Belem avec le concours de la Compagnie Maritime Nantaise qui est chargée de gérer l'armement et le suivi technique du navire. Le Belem est tenu de respecter l'ensemble des règles qui régissent l'exploitation des navires à passagers.
Il en est ainsi du code ISM (International Safety Management) qui détermine les règles de sécurité appliquées à bord et du code ISPS (International Ship and Port Security) qui précise les règles de sûreté du navire. L'entretien du navire est assuré tout au long de l'année par l'équipage, aidé des stagiaires pour les tâches quotidiennes. Le navire subit aussi chaque année un arrêt technique de plusieurs semaines au cours duquel sont réalisés les travaux les plus importants concernant la coque, le gréement ou les moteurs. Cet entretien est certifié par le Bureau Veritas qui prescrit et supervise les travaux et délivre tous les 3 ans un certificat de conformité indispensable à l'obtention du permis de navigation délivré par les Affaires Maritimes. Il est à noter que le Trois-mâts Belem est le plus ancien navire au monde inscrit sur les registres du Bureau Veritas.

 

 
 

31/07/2007

CONSEIL A MON FILS (1)

medium_DSC00808.JPG

Je n'y couperai pas. Un jour, tu vas lire mes livres. Ne m'en parle pas. Lis-les dans ton coin. Longtemps, j'ai fait sembant de croire qu'ils étaient ce que j'avais de meilleur. Il ne faut pas rigoler. Referme-les. Oublie-les. C'est ridicule, les livres d'un père. Que veux-tu que je t'en dise ? Allons, ne les lis pas.

...

Si, lis-les !!! 

30/07/2007

DEMAIN ... JE RACONTE MA RENCONTRE AVEC MICHEL SERRAULT

medium_article_SGE.GJY58.290707230832.photo00.photo.default-512x409.jpg

Voilà, franchement, mieux vaut être honnête ...

Je n'ai pas le temps de rédiger mon "post" sur la disparition de Michel Serrault ...

Pourtant ce personnage atypique faisait partie de ma mémoire ...

Et surtout j'avais eu la chance de le rencontrer et de passer quelques heures en sa compagnie ...

Alors, promis, juré, si je mens ...

Demain je vous raconte mon Michel Serrault ...

A demain, donc ...

Sinon c'est l'enfer pour moi !!! 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu