Avertir le modérateur

24/12/2007

Agen : manifestation de soutien aux prisonniers politiques basques en présence de Philippe Bidart

cf6f56baec580698160091073aa46814.jpg

L'ancien chef d'Iparetarrak, Philippe Bidart, est venu hier, à Agen, pour manifester sa solidarité avec les prisonniers politiques emprisonnés à la maison d'arrêt de la préfecture du Lot-et-Garonne. (photo paul a. cuenca)

Hier, ils étaient une cinquantaine de militants basques autour de Philippe Bidart, l'ancien chef d'Iparetarrak, à manifester autour de la maison d'arrêt de la préfecture du Lot-et-Garonne. Un déplacement en soutien aux prisonniers politiques basques, Mizel Barnetxe et Saroia Galarraga, actuellement en détention à la prison d'Agen. Philippe Bidart, en liberté conditionnelle depuis le 14 février dernier savait fait le déplacement spécialement de Béziers où il séjourne actuellement. Les militants basques étaient venus, eux, en car depuis Saint-Pé-sur-Nivelle, au pays Basque, après quatre heures de route. Philippe Bidart, coiffé de son traditionnel béret, marchait en tête du cortège. C'était sa première sortie hors de Béziers où, liberté conditionnelle oblige, il doit travailler sept ans comme animateur social au sein d'une association qui accompagne les immigrants et les sans papiers. L'ancien chef historique du mouvement indépendantiste basque est interdit de séjour dans plusieurs départements de l'Aquitaine, excepté le Lot-et-Garonne. Les manifestants, à deux reprises se sont retrouvés devant la maison d'arrêt avec pétards, coups de klaxon, chants basques et slogans clamant fièrement : "Les prisonniers basques à la maison". C'étaient pour eux leur manière d'indiquer leur présence aux prisonniers Mizel Barnetxe et Saroia Galarraga, à l'intérieur de la prison d'Agen. A deux reprises, Mizel Barnetxe a répondu à ses camarades.
Philippe Bidart n' pas souhaité faire de grande déclaration, il a juste expliqué que "la situation des prisonniers politiques est injuste. Ils doivent être libérés".
Pour cette militante présente hier à Agen "Mizel et Saroia sont emprisonnés à Agen, parce qu'ils luttaient pour les droits du peuple basque. Les preuves de leur culpabilité sont bricolées par le pouvoir répressif. Mizel a été arrêté avec quatre autres camarades, pour la gloire des juges anti-terroristes parisiens." En ce qui concerne Saroia Galarraga " elle refait une peine qu'elle a déjà purgée, entièrement, entre 2002 et 2004". Saroia Galarraga a été placée à "l'isolement à Agen parce qu'elle a dénoncée les conditions de sa détention à la prison de Pau."
Après un dernier tour devant la prison, les militants ont repris le chemin du pays Basque après avoir passé plus de quatre heures près de leurs camarades. Une autre manifestation de soutien aux prisonniers basques est prévue, courant janvier 2008, devant les prisons de Poitiers et d'Angoulème.

Reportage paul.a.cuenca


Philippe Bidart : il a été jugé coupable de l'assassinat de deux CRS à Saint-Etienne-de-Baigorry en 1982 et du meurtre d'un gendarme à Biscarosse en 1987. Philippe Bidart a toujours clamé son innocence dans ces affaires. Il a été incarcéré durant 18 ans et a bénéficié d'une libération conditionnelle en février de cette année.

05/09/2007

LE FILS DE SARKOZY JUGÉ : L'INQUIETANTE BIENVEILLANCE DES MEDIAS...

 

medium_jean_sarkozy.jpg

Hier, suite à l'info du site de 20Minutes, j'ai écris un petit "post" sur Jean Sarkozy et son scooter ...

J'ai terminé par une pointe humoristique en pariant que ce sujet allait faire l'ouverture de l'ensemble des journaux TV du soir ...

Ce matin je me suis plongé dans la presse écrite pour voir comment le sujet était traité ... Car après tout, il est assez étonnant tout de même de voir le fils d'un président de la République comparaitre devant un tribunal correctionnel... Normalement, ce genre de sujet est une véritable aubaine pour un journaliste ...

 Je vous livre ci-après comment l'info a été traité par le quotidien régional Ouest-France, sachant que ce journal a le plus gros tirage de la presse en France avec quelques 800.000 exemplaires vendus chaque jour :

Ainsi en page 5, on peut découvrir, perdu au milieu de plusieurs  brèves, ce titre assez énigmatique :

"Accident : un fils de Sarkozy cité à comparaitre

Cinq petites lignes nous apprennent : "ils lui est reproché d'avoir percuté à scooter l'arrière d'une voiture, le 14 octobre 2005, et de ne pas s'être arrêté.  Jean Sarkozy, un des fils du président de la République, est cité à comparaitre le 11 septembre devant la 10° chambre du tribunal correctionnel de Paris. L'automobiliste accidenté réclame 260€ de frais de réparation et 4000€ de dommages et intérêts."

C'est bref, concis ... mais quand même assez loin de la réalité... 

 Car il faut peut-être rappeler que Jean Sarkozy devra répondre de quatre chefs d'accusation : délit de fuite, défaut de maitrise de son véhicule, non respect des distances de sécurité et dégradation légère de véhicule ... On est quand même assez loin du seul fait "d'avoir percuté l'arrière d'un véhicule..."

 Je me suis tourné vers Libération ... Qui traite le sujet d'une façon encore plus rapide :

"Jean Sarkozy bientôt jugé

"Jean Sarkozy, un des fils du président de la République, est cité à comparaitre devant la 10° chambre du tribunal correctionnel de Paris à la suite d'un accrochage avec un automobiliste en 2005."

Franchement je ne veux avoir l'esprit tordu mais je reste perplexe. Parler d'accrochage ou de choc sur un véhicule et passer sous silence le délit de fuite me semble pas très professionnel... Et au-delà, se pose la question de la déontologie de la profession qui depuis quelques mois joue allègrement le cire-pompe sarkozien...

Reste à savoir si un jeune homme de 20 ans qui, à l'avenir, percutera une voiture et s'enfuira sera traité de la même façon et avec autant de bienveillance ...

 

04/09/2007

PAS DE CHANCE POUR LE FILS SARKOZY ! MAIS SI ... MAIS SI !!!

 

medium_article_CPS.HIM80.040907160519.photo00.photo.default-512x394.jpg

Franchement, pas de bol pour le fils du président de la République ...

Épisode 1 :  en pleine campagne électorale, Jean Sarkozy, fils du candidat se fait voler son scooter ... Des milliers de jeunes connaissent ce genre de mésaventure ... Avec à la clé, la pure perte de l'engin ... La police étant très souvent débordée pour se lancer à l'assaut d'un vulgaire deux roues ... Mais là, vous devez vous en souvenir, la police fait du zèle ... avec prélèvement ADN à la clé, et surprise, surprise, elle arrête les voleurs !!!

Une efficacité qui laissa rêveur quelques dizaines de milliers de parents et d'adolescents ...

Bien entendu, ce zèle policier n'avait strictement rien à voir avec la personnalité du papa ...  tout juste démissionaire du ministère de l'intérieur ...

 Et Jean Sarkozy, fils de, eut le loisir de reprendre les avenues de la capitale pour son plus grand plaisir ...

Épisode 2 : Le voilà convoqué en justice ... le 11 septembre ( là franchement la date me fait sourire pour le fils de l'admirateur de Bush...) pour ... délit de fuite, défaut de maitrise de son véhicule, non-respect de sécurité et dégradation légère ... Les faits remontent au 14 octobre 2005 ... ( voir sur 20Minutes les détails ...)

Franchement le scotter ne semble pas réussir au fils de notre président ...

Mais bon, il a tout de même une chance dans l'histoire. Son patronyme ... Imaginons qu'à la place d'un Jean Sarkozy, nous soyons en présence d'un Mohamed Ben ...  Peut-être aurait-il même eu la joie de connaitre une p'tite garde à vue pépère ... On en a vu d'autres, non ?

 Bien entendu, cette nouvelle va faire l'ouverture de l'ensemble des JT à 20 heures ... Heu ... c'est juste de l'humour, ne rêvez pas quand même ...

12/07/2007

JUSTICE ? INJUSTICE ? UN GAMIN EST MORT SOUS LES ROUES D'UN CHAUFFARD ... REMIS EN LIBERTÉ ...


En matière de justice, il vaut mieux être dans notre beau pays des droits de l'Homme, un jeune policier fauchant un adolescent de 14 ans en voiture de service qu'un étudiant jetant un pavé dans la rue le soir de l'élection du nouveau président de la République ...
Ainsi, ce 6 mai 2007, au soir de l'élection de Nicolas Sarkozy, à la tête de la République Française, Romain, 29 ans, étudiant, est arrêté place de la Bastille, un pavé dans la main. Il est 23 heures 50.
Jugé en comparution immédiate, pour "tentative de violence volontaire", il est condamné à quatre mois de prison ferme... Romain n'avait pas de casier judiciaire...
Le tribunal n'a entendu aucun témoin et n'a vu aucune circonstance atténuante. Romain a été envoyé à Fleury-Mérogis ... pour quatre mois.
Ainsi, samedi dernier, à Marseille, dans le quartier Nord, un policier stagiaire de 22 ans, heurte sur un passage piétons, un adolescent de 14 ans... Romain meurt le lendemain des suites de cet accident.
Le policier au volant d'une voiture de police a été mis en examen, hier, pour homicide involontaire aggravé de trois circonstances : vitesse excessive, omission de céder le passage à un piéton sur un passage protégé et omission de marquer un feu rouge.
Des faits punis d'une peine maximale de sept ans d'emprisonnement...
Le policier a été mis mis en examen et ... remis en liberté sous contrôle judiciaire...
Faut-il préciser que le Nelson, le jeune adolescent fauché dans sa vie par un policier chauffard était issu d'un milieu populaire et vivait dans ces quartiers que les médias aiment bien caricaturer et donner en pâture aux gentils citoyens.
Nelson avait 14 ans. Nelson est mort. Nelson a été tué par un chauffard. Nelson n'est plus là....
Le chauffard est en liberté ...
Cherchez l'erreur !
Les parents de Nelson n'ont plus qu'à espérer que la justice fera son travail... Mais honnêtement, c'est mal parti...
Quand à Romain, le jeune étudiant lourdement condamné pour avoir eu un pavé dans la main, quand il sortira de prison, il aura une vision de la justice très particulière...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu