Avertir le modérateur

26/09/2007

DISPARITION D'UN MONUMENT HISTORIQUE... et REAPPARITION

 

medium_32692_sereine_stichelbaut.jpg

Une disparition peu banale a eu lieu dans le port de Concarneau (Finistère) ...

Le navire amiral de l'école de voile des Glénans, classé Monument historique depuis 2001, a mystérieusement disparu de son port d'attache ...

Une nouvelle qui a fait l'effet d'un véritable tremblement de terre dans le milieu de la voile ... 

C'est le directeur adjoint de la base nautique des Glénans à Concarneau qui a découvert cette disparition, avant hier ... Il venait pour désarmer le navire amiral ... et le bateau n'était plus à quai .... Une disparition qui peut remonter à plusieurs jours... Ce qui est certain c'est que Sereine était à Concarneau lors des journées du patrimoine, puisque le navire a été visité par un peu plus de 250 personnes... 

Sereine était amarré depuis dans l'arrière port de Concarneau, au pied de la ville close, près de la Porte aux Vins. Ce qui semble surprenant, c'est que l'endroit est particulièrement fréquenté et que personne ne semble se souvenir quand le navire amiral de l'école de voile a pris les vents ...

 Dans le quotidien Le Télégramme de Brest  René Coléno souligne « Il faut être bon marin pour manœuvrer Sereine... Et même si le plein de gazole avait été fait, ce n’est pas un bateau facile. Il n’y a pas de pilote automatique ».

Quant à Yann Le Lay, le directeur de l’école de voile, il rappelait, hier, que « ce bateau est invendable », avant d’ajouter : « C’est un peu du même acabit que de voler un sous-marin nucléaire à l’armée française ».

C'est certainement une des premières fois  qu'un "monument historique" disparait du paysage hexagonal ...

Rappel historique:

Mise à l’eau en 1952, Sereine est l’un des premiers bateaux de croisière des Glénans. Classée monument historique en 2001, elle reprend la mer après 2 ans de restauration. Remplacement des gréements, circuit électrique neuf, allonge de voûte, étrave, membrures, pont, peintures, etc., c’est un bateau entièrement refait à neuf qui a été inauguré le 26 juin 2005 à Concarneau. Conçue pour la haute mer, spacieuse et confortable, Sereine est exigeante dès qu’il faut aborder les manœuvres. Bateau particulièrement performant pour former des chefs de bord, ses qualités sont à nouveau mises en valeur au cours des stages proposés.

 

Et revoilà Sereine ...

"Le voilier a été retrouvé en baie de Lampaul (île d'Ouessant), avec une personne à bord qui a été appréhendée par la gendarmerie maritime vers 06H00", a indiqué Yann Lelay, le directeur de l'association des Glénans.

14/09/2007

MIEUX QU'UN LEXOMIL


DSCN5420.jpg

Pour quelles raisons j'aime autant l'océan ?
Je crois qu'il y
a un truc physique et primitif dans mon rapport à la mer.
Ça me lave, me régénère, m
'apaise, bien mieux qu'un Léxomil ...

10:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : océan, nature, vacances, france, photo, blog

09/09/2007

MA TABLE DE TRAVAIL !!!

 

medium_Ce_matin.JPG

Bon voilà, depuis un moment j'avais envie de vous montrer l'endroit où je bosse ... 

Et là, aujourd'hui je me suis dit que c'était le moment ...

L'océan était en attente de marée, le soleil surfait sur la baie, les mouettes offraient un concert gratuit ...

Et moi, tranquillement, j'étais au turbin ...

Lecture, café, rêverie, écriture ...

La vraie vie, non ?`

Je gagne peut-être pas beaucoup de fric, mes amis, mais au moins la vie je sais la prendre du côté qu'il faut ...

Bon dimanche ...

 

20/08/2007

CE MATIN LE CIEL ÉTAIT GRIS ... GRIS PLOMB... ET J'ADORE !

Bon ce matin, le temps était maussade ... Mais c'est pas nouveau, non ?
Je suis quand même parti me promener ...
Et là, en bord d'océan, le ciel était beau. Gris. Gris plomb...
Une couleur que j'adore ...
L'océan se profilait devant moi, et pas après pas, je suis arrivé au passé ... Cette base sous-marine allemande devant moi ... et maintenant, un lieu touristique avec notamment de nombreux allemands qui viennent découvrir le passé maritime de Saint-Nazaire ...
Comme quoi, avec le temps ...
Et puis j'étais heureux ce matin, hier, l'ami Denis était de retour ...
Voilà j'ai pris quelques clichés et je vous les propose pour, je l'espère, votre plaisir...
 
 

13/08/2007

VIDEO D'UN 3 MÂTS DE LEGENDE ... ICI

 
 
 

C'était un matin, confortablement installé à la terrasse du "Transat" en front de mer, et là, au loin, devant moi, la silhouette majestueuse du Belem s'avançait vers l'ailleurs ... 
Si vous souhaitez en connaitre un peu plus sur ce trois mâts historique, je vous livre ci-après les informations glanées sur le site officiel du voilier ...

 
PRESENTATION DU BELEM
Le Trois-mâts Belem est le dernier des grands voiliers de commerce français du XIXème siècle, encore en navigation.
 
Construit par les chantiers Dubigeon à Chantenay sur Loire, il est mis à l'eau le 10 juin 1896. Le trois-mâts barque Belem était à l'origine un navire marchand : il réalisa à ce titre 33 campagnes au commerce de 1896 à 1913. Il était recouvert à l'époque d'un seul pont principal doté de claires-voies donnant accès à une cale de 1500 m3 dans laquelle pouvaient être entreposées jusqu'à 650 tonnes de denrées et marchandises diverses, essentiellement du cacao d'Amazonie puis du rhum et du sucre des Antilles. La cuisine était la seule structure apparente sur le pont.
Racheté en 1914 par le Duc de Westminster, il fut alors transformé en yacht de plaisance et doté de moteurs. Il prit à cette époque l'apparence qui est pour l'essentiel celle qu'il a conservée jusqu'à nos jours, notamment avec les balustrades très caractéristiques qui ornent la dunette à l'arrière du navire.
 
A l'origine (1896) la coque du navire était noire avec un liseré doré. Lorsque les armements Demange Frères le rachètent en 1906, ils créent une fausse batterie (coque grise, faux sabords noirs). L'apparence actuelle du navire date de Westminster.
 
Les mâts aujourd'hui en acier étaient à l'origine en bois ; seul le beaupré était en acier dès l'origine à la demande de Monsieur Crouan. Remplacé en 1914 il est à l'heure actuelle un peu plus court que lors de la construction du navire.
 
Enfin, les superstructures du pont principal ont été installées, s'agissant du grand roof, à l'époque Westminster (1914), et du petit roof, à l'époque Guiness (après 1921) : le petit roof et le grand roof ont été rattachés l'un à l'autre pendant la période italienne. La timonerie, édifiée sur la dunette, date de 1984.
 
Navire marchand, yacht de plaisance, puis navire école, le Belem a tout au long de son histoire et de ses changements de destination conservé une apparence proche de celle de ses origines : aujourd'hui, et conformément à l'option retenue par la Fondation lors de la restauration du navire au début des années 1980, il a conservé dans sa présentation les apports de toutes les époques de son exceptionnelle carrière.
 
Le Belem navire école
 
La Fondation Belem décida de faire du trois-mâts un navire école lors de son retour à la mer en 1985. Le navire est aujourd'hui armé par un équipage de 16 hommes, issus de la marine marchande, choisis en fonction de leur aptitude à assurer la conduite du navire dans les meilleures conditions de sécurité mais aussi de leur goût pour le contact et la pédagogie, car le Belem est aujourd'hui avant tout un lieu de transmission de savoirs. Il peut accueillir 48 stagiaires. Il peut aussi être privatisé par des entreprises ou des collectivités. Le Belem est habilité par les autorités maritimes à naviguer en Atlantique Est, Manche, Mer du Nord et Méditerranée. Il peut sur dérogation, ce qui fut le cas pour l'Odyssée Atlantique de 2002, effectuer des voyages plus lointains, transatlantiques par exemple.
Il participe enfin régulièrement aux rassemblements de grands voiliers : il y figure en tant qu'exceptionnel témoin de l'histoire maritime de la France, son pavillon d'origine, tout en restant le témoin de tous les pavillons qu'il a arborés au long de sa carrière et notamment du pavillon britannique qui fut le sien pendant 38 ans et du pavillon italien, pendant 27 ans.
 
Naviguer en conformité avec les exigences réglementaires d'aujourd'hui 
 
La Fondation Belem assure l'exploitation et l'entretien du Belem avec le concours de la Compagnie Maritime Nantaise qui est chargée de gérer l'armement et le suivi technique du navire. Le Belem est tenu de respecter l'ensemble des règles qui régissent l'exploitation des navires à passagers.
Il en est ainsi du code ISM (International Safety Management) qui détermine les règles de sécurité appliquées à bord et du code ISPS (International Ship and Port Security) qui précise les règles de sûreté du navire. L'entretien du navire est assuré tout au long de l'année par l'équipage, aidé des stagiaires pour les tâches quotidiennes. Le navire subit aussi chaque année un arrêt technique de plusieurs semaines au cours duquel sont réalisés les travaux les plus importants concernant la coque, le gréement ou les moteurs. Cet entretien est certifié par le Bureau Veritas qui prescrit et supervise les travaux et délivre tous les 3 ans un certificat de conformité indispensable à l'obtention du permis de navigation délivré par les Affaires Maritimes. Il est à noter que le Trois-mâts Belem est le plus ancien navire au monde inscrit sur les registres du Bureau Veritas.

 

 
 

09/06/2007

ICI TOUT N'EST QUE CALME, VOLUPTÉ...

Un début de week-end sous un soleil magnifique... Et ce matin, belle promenade en bord d'océan aux confins de La Vilaine ... Le soleil irradiait la roche, l'océan bruissait de ses murmures les plus doux, le bonheur pointait à l'horizon !

medium_DSCN7321.JPG

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu