Avertir le modérateur

29/12/2007

Mutinerie à la prison de Saint-Denis de La Réunion

58474530802aa17a725865bc407edc30.jpg

 

Ça se passe à La Réunion, comme pour Miss France, mais c'est un sujet plus grave, qui certainement ne fera pas la Une de l'ensemble des médias ni un score exceptionnel de visites sur les sites internet.

Une mutinerie s'est produite, dans la nuit de dimanche à lundi, à la prison de Saint-Denis. Les détenus protestaient contre leurs conditions de détention. Le départ de la mutinerie s'est produite vers 23 heures locales quand des détenus ont forcé la porte de leurs cellules, puis, dans un mouvement de révolte ont libéré d'autres prisonniers. Très vite le groupe d'intervention de la police nationale (GIPN) s'est rendu sur place. Une heure après leur intervention, la situation redevenait calme.
La prison de Saint-Denis, d'une capacité de 123 places, accueillie 300 prisonniers.
Une surpopulation carcérale ajoutée à une forte chaleur qui règne à la Réunion : voilà les deux détonateurs de cette mutinerie.
vidéo sur antenne réunion

photo d'archive paul a. cuenca 

24/12/2007

Agen : manifestation de soutien aux prisonniers politiques basques en présence de Philippe Bidart

cf6f56baec580698160091073aa46814.jpg

L'ancien chef d'Iparetarrak, Philippe Bidart, est venu hier, à Agen, pour manifester sa solidarité avec les prisonniers politiques emprisonnés à la maison d'arrêt de la préfecture du Lot-et-Garonne. (photo paul a. cuenca)

Hier, ils étaient une cinquantaine de militants basques autour de Philippe Bidart, l'ancien chef d'Iparetarrak, à manifester autour de la maison d'arrêt de la préfecture du Lot-et-Garonne. Un déplacement en soutien aux prisonniers politiques basques, Mizel Barnetxe et Saroia Galarraga, actuellement en détention à la prison d'Agen. Philippe Bidart, en liberté conditionnelle depuis le 14 février dernier savait fait le déplacement spécialement de Béziers où il séjourne actuellement. Les militants basques étaient venus, eux, en car depuis Saint-Pé-sur-Nivelle, au pays Basque, après quatre heures de route. Philippe Bidart, coiffé de son traditionnel béret, marchait en tête du cortège. C'était sa première sortie hors de Béziers où, liberté conditionnelle oblige, il doit travailler sept ans comme animateur social au sein d'une association qui accompagne les immigrants et les sans papiers. L'ancien chef historique du mouvement indépendantiste basque est interdit de séjour dans plusieurs départements de l'Aquitaine, excepté le Lot-et-Garonne. Les manifestants, à deux reprises se sont retrouvés devant la maison d'arrêt avec pétards, coups de klaxon, chants basques et slogans clamant fièrement : "Les prisonniers basques à la maison". C'étaient pour eux leur manière d'indiquer leur présence aux prisonniers Mizel Barnetxe et Saroia Galarraga, à l'intérieur de la prison d'Agen. A deux reprises, Mizel Barnetxe a répondu à ses camarades.
Philippe Bidart n' pas souhaité faire de grande déclaration, il a juste expliqué que "la situation des prisonniers politiques est injuste. Ils doivent être libérés".
Pour cette militante présente hier à Agen "Mizel et Saroia sont emprisonnés à Agen, parce qu'ils luttaient pour les droits du peuple basque. Les preuves de leur culpabilité sont bricolées par le pouvoir répressif. Mizel a été arrêté avec quatre autres camarades, pour la gloire des juges anti-terroristes parisiens." En ce qui concerne Saroia Galarraga " elle refait une peine qu'elle a déjà purgée, entièrement, entre 2002 et 2004". Saroia Galarraga a été placée à "l'isolement à Agen parce qu'elle a dénoncée les conditions de sa détention à la prison de Pau."
Après un dernier tour devant la prison, les militants ont repris le chemin du pays Basque après avoir passé plus de quatre heures près de leurs camarades. Une autre manifestation de soutien aux prisonniers basques est prévue, courant janvier 2008, devant les prisons de Poitiers et d'Angoulème.

Reportage paul.a.cuenca


Philippe Bidart : il a été jugé coupable de l'assassinat de deux CRS à Saint-Etienne-de-Baigorry en 1982 et du meurtre d'un gendarme à Biscarosse en 1987. Philippe Bidart a toujours clamé son innocence dans ces affaires. Il a été incarcéré durant 18 ans et a bénéficié d'une libération conditionnelle en février de cette année.
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu