Avertir le modérateur

27/10/2007

On a perdu les munitions !

 

medium_h-20-1042836.jpg

Branle bas de combat au 22ème Bataillon d'infanterie marine de Nantes. Après inventaire, 3 000 munitions ne sont plus au rendez-vous des livres de compte. C'est le parquet militaire de Rennes qui dresse l'inventaire de cette disparition : « Des cartouches de 7,5 mm pour Famas et des 9 mm pour pistolets, mais aussi trois pains de dynamite »
Une affaire grave si l'on sait qu'un seul pain de dynamite peut souffler un immeuble en quelques secondes.
Cette disparition est, bien entendu, classée "secret défense".
Reste à savoir comment autant de munitions peuvent prendre la fille de l'air sans que les responsables militaires s'en aperçoivent ?
Une enquête est en cours pour tenter de savoir s'il s'agit d'une erreur comptable ou d'un vol.
Un ancien militaire confie son scepticisme dans le quotidien Presse Océan "quant à la possibilité d'une erreur. Quand il s'agit de munitions, logiquement, on fait attention à sa comptabilité dans le milieu militaire. Et là, la différence est colossale... "

22/06/2007

TORTURES DANS UN COMMISSARIAT GREC : LA VIDEO QUI ACCUSE

  Nous sommes en 2007 ! Nous sommes en Europe ! Nous sommes les détenteurs de la démocratie ! Nous sommes les héritiers de la démocratie grecque ! Et là, nous découvrons avec stupéfaction que la démocratie, par moments, a des ratés qui montrent l'insupportable bestialité de l'être humain. 

Cette vidéo a été tourné il y a plus d'un an... Mais elle a été postée que dernièrement sur le site de YouTube ... Elle montre deux policiers grecs, dont l'un est muni d'un bâton, qui maltraitent deux jeunes immigrés clandestins accusés de vol. Les deux policiers forcent les jeunes gens à se gifler mutuellement et peu à peu les poussent à frapper de plus en plus fort...

Cette scène est insupportable d'autant plus qu'on entend, en fond, d'autres policiers rire avec éclats. Une scène qui aurait été tourné par un policier, présent dans le commissariat, à l'aide d'un téléphone portable...

Depuis la diffusion de cette vidéo, la Grèce est en état de choc... Des mesures ont été prises de suite : un officier de police a été suspendu et une enquête a été diligenté par l'inspection de la police, l'équivalent de notre "police des polices". De son côté, le premier ministre grec, Costas Caramanlis a déclaré que cette scène était un affront à l'Etat.

Reste à savoir si cette scène de torture est un cas isolé ou si ce genre de pratique est monnaie courante dans les commissariats, comme l'a déclaré les "Groupes de défense des droits de l'homme en Grèce" qui ajoutent que les accusations de torture, les mauvais traitements et les abus sur les détenus sont légion...

Pour une fois, les accusations des défenseurs des droits de l'homme peuvent s'appuyer sur une vidéo. Une vidéo tournée par les tortionnaires eux-mêmes ... 

De telles scènes sont inqualifiables et devraient connaitre un retentissement européen ainsi qu'une condamnation ferme et sans ambigüité de la part des états membres européens. Mais là, c'est peut-être une autres histoire... Car, en régle générale, nous sommes plus rapides à condamner les excès des états non membres de l'Union Européenne...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu